Anuradhapura 12/12/2013

Cette ville sacrée s'est établie autour d'une bouture de l'« arbre de l'éveil », le figuier de Bouddha, dont la bouture fut apportée au IIIe siècle av. J.-C. par Sanghamitta, fondatrice d'un ordre bouddhiste féminin. Anuradhapura, capitale politique et religieuse de Ceylan pendant 1 300 ans, a été abandonnée en 993 à la suite d'invasions. Longtemps ensevelie sous une jungle épaisse, la ville, avec ses palais, ses monastères et autres monuments, est de nouveau accessible dans son site admirable cité au patrimoine mondial de l'Unesco
Isurumuniya. Sanctuaire rupestre du IIIème siècle avant notre ère.
Eléphants sculptés dans la roche
Un guerrier au repos et son cheval
Bouddha couché de facture plus tardive
Au fond, statue de Mahinda, le moine qui introduisit le bouddhisme dans le pays.A ses côtes, le roi Thevanambiya Thissa qu'il convertit.
Stèle la plus célèbre du site (IVème ou VIème siècle) : les Amants
Sri Maha Bodhi tre. L'endroit le plus sacré de la ville et l'arbre le plus vieux du monde, 2 600 ans.
Il ne reste de l'arbre sacré qu'une branche soutenue par des étais métalliques dorés.
Les oriflammes correspondent à des voeux exaucés.
Offrandes apportées par les fidèles.
Les petites pièces de tissus attachées aux grilles expriment des voeux.
Ruines du palais de bronze édifié au IIème siècle avant notre ère. Il reste encore 1 600 piliers de pierre haut de 3,80 m servant de base à l'édifice en bois…
Le Ruvanmäli Maha stupa, haut de 55 m.